Favoriser l’insertion professionnelle des chorégraphes dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle

Depuis la rentrée 2017, La Fabrique de la Danse s’engage en milieu scolaire REP (Réseau d’Education Prioritaire), avec le projet « Touche le ciel », pour sensibiliser à la danse et aux nouvelles technologies les élèves de l’école des Amandiers et du collège Robert Doisneau (Paris 20).

Sur l’année 2017-2018, les élèves ont bénéficié d’une pratique régulière de la danse, mais aussi d’une sensibilisation à l’histoire et aux différents courants de la danse contemporaine, d’une approche de l’improvisation et de l’art chorégraphique, d’un accès à des outils numériques innovants et de nombreuses sorties culturelles. Plus encore, ils ont pu aborder la question de leurs propres états intérieurs et s’exprimer sur ce qui les touche…

Depuis la rentrée 2018, le projet se poursuit à l’école élémentaire des Amandiers et au collège Robert Doisneau, dans le même esprit, et est confié aux chorégraphes soutenus par La Fabrique de la Danse, celle-ci les aidant ainsi à se professionnaliser.

Progressivement, grâce aux partenariats tissés avec Le Regard du Cygne et le conservatoire municipal du 20ème arrondissement, le quartier des Amandiers, un quartier prioritaire de la politique de la ville, deviendra un pôle d’excellence en danse. Par ailleurs, les deux établissements scolaires intégreront prochainement une salle de danse, financée grâce au vote des parisiens lors du Budget Participatif de la Ville de Paris 2017.

0
enfants entre 6 et 16 ans
0
heures d’interventions
0
sorties culturelles

Les nouvelles technologies au service de la danse

Pendant toute l’année scolaire, les enfants participent à plusieurs ateliers réguliers d’1h30, avec différents intervenants. Le programme s’appuie sur trois outils numériques pour faciliter le partage des connaissances et la transmission des savoirs : Datadanse, Numeridanse.tv et DanceNote. Guidés par les intervenants, les enfants visualisent plusieurs vidéos de référence en danse. Ensuite, quelques questions sont posées, pour leur permettre de mettre en perspective ce qu’ils viennent de voir, mais aussi mieux comprendre leur rapport à la danse et au spectacle vivant.

L’équipe artistique est dirigée par Christine Bastin, chorégraphe, pédagogue et directrice artistique de La Fabrique de la Danse, et réunit 10 chorégraphes en professionnalisation issus des réseaux La Fabrique de la Danse et Le Regard du Cygne ; K Goldstein, chorégraphe et vidéaste ; Emmanuelle Stäuble, photographe. Toute l’équipe pédagogique de l’école et du collège est également impliquée dans le déroulement du projet.

En 2018, une création dansée sous forme de mapping vidéo

Pour la première édition du projet en 2017-2018, le projet s’est terminé par plusieurs restitutions conçues par Christine Bastin et son équipe artistique (Jacques Hoepffner, K Goldstein, Emmanuelle Stäuble, Fred Malle) : création autour de la danse et du vidéo-mapping, spectacles participatifs à l’école, exposition au CENTQUATRE-PARIS. Les élèves ont appris une phrase chorégraphique qui a servi à la création d’un spectacle, conçu sous forme de mapping vidéo, et qui a développé trois thèmes – s’aventurer, se perdre, se retrouver – et mélangé différentes formes d’expression – danse, slam, création vidéo et projection.

Avec leurs mouvements et leurs déclamations, les enfants donnent le rythme à l’image projetée. Ils commencent doucement, puis, à force de voir leur danse décuplée par la magie des images et d’entendre les mots s’emballer, ils plongent progressivement dans l’ivresse. C’est le déferlement de tous les possibles. Les couleurs explosent. Le cri, le rire, font partie de l’aventure, exacerbés par la mobilité constante du paysage. De l’ivresse, les danseurs basculent vers la sensation de ne plus rien contrôler. Les corps s’affolent, les mots disparaissent. Les images s’estompent ensuite au fur et à mesure que les danseurs reviennent de leur lointain voyage.

Pendant les répétitions et lors de la restitution finale, une interaction s’est créée entre les danseurs d’un côté, qui adaptent les mouvements à l’intervention technologique, et le créateur vidéo Jacques Hoeppfner de l’autre qui, grâce à la captation du mouvement, sait décupler, par le rythme ou l’image, la sensibilité ressentie au plateau.

Une campagne de crowdfunding pour dupliquer le projet

La Fabrique de la Danse a candidaté au prix Education de Fedora pour Touche le Ciel. Fedora, organisme européen à but non lucratif, soutient l’innovation et la créativité en matière d’opéra et de ballet, et ce, grâce à un réseau de 80 mécènes composé d’institutions, d’entreprises et de particuliers.

Cette année Touche le Ciel faisait partie des 20 projets shortlistés pour le prix Education. Après une campagne de votes réussie, le projet a été nominé par le public et par le jury. Touche le Ciel fait désormais partie des quatres finalistes du Prix Education de Fedora. L’un de ces projets se verra attribuer une dotation de 50 000€ à l’issue d’une campagne de crowdfunding portée par ce réseau.

Les financements obtenus permettront d’étendre le projet Touche le Ciel dans le 20ème arrondissement de Paris, ainsi que de former encore plus de chorégraphes à la méthode pédagogique innovante pour qu’à leur tour, ils puissent déployer ce projet sur d’autres territoires, dans d’autres écoles !

Vous pouvez désormais soutenir le projet Touche le Ciel, et ce jusqu’à fin mai, sur la page dédiée de la plateforme FEDORA.

Je veux soutenir le projet !

Images et montage : Alexandra Marcy-Deleporte

Les partenaires du projet

Suivre le projet

Nos articles

Voir tous les articles

Le compte Instagram du projet