En décembre 2018, Lucile Belliveau a participé à la première édition d’Alors on entreprend. Elle a accepté de répondre à quelques questions sur ce que la formation lui a apporté.

Artiste : Lucile Belliveau – Photo : Laurence Belliveau

Comment s’est passée la semaine de formation ?

La formation s’est très bien passée. C’était un bon équilibre entre moments un peu plus théoriques pour décrire des outils et méthodes de travail, et des exercices pratiques où chacun a pu travailler sur son propre projet et partager ce travail avec les autres. Je crois que tous les participants ont eu chaud au coeur de retrouver d’autres personnes dans une démarche et des problématiques similaires.

Qu’est ce qui vous a donné envie de participer à cet intensif ? Quel était votre objectif ?

J’ai déjà structuré ma compagnie en 2018, et je recherchais des outils pour m’aider dans les aspects non-artistiques du métier. L’intitulé « chorégraphe-entrepreneur » me correspondait tout à fait, et j’avais envie de voir ce qu’une aide extérieure pouvait m’apporter pour l’aspect entrepreunarial puisque j’avais eu très peu de soutien jusqu’alors.

Quelques mois après, qu’est-ce que cela vous a apporté ? Quelle est la formation qui vous a le plus plu/vous a été la plus bénéfique ?

Sur le moment, cela m’a apporté de la motivation pour continuer à développer mon projet. Par la suite, j’ai inclus quelques outils que nous avons vu pendant la formation dans ma routine de travail. Par exemple, j’ai créé un carnet d’adresses pour recenser tous les partenaires et publics potentiels; je garde une trace rigoureuse des différentes démarches que j’effectue pour la compagnie, surtout des différents appels et emails de démarchage de lieux partenaires. J’adapte mieux mon discours à la personne que je contacte, en sachant ce que j’aimerais qu’elle m’apporte exactement. Lucie de La Fabrique de la Danse m’a également aidée à améliorer un dossier de spectacle, et c’est utile et rassurant qu’elle soit disponible pour des questions et relectures dans le futur.

À qui et pourquoi conseilleriez-vous cet intensif ?

Je conseille cet intensif aux personnes qui ont un projet de spectacle en cours et se sentent un peu dépassés par les tâches administratives et de communication. Je pense qu’il sera vraiment utile pour les personnes qui ont déjà commencé à monter un projet de spectacle et de compagnie, pour qu’elles puissent déjà travailler sur leurs problématiques concrètes.

En savoir plus sur l’univers artistique de Lucile Belliveau :

En savoir plus sur « Alors on entreprend ! »