Description du projet

Cécile Lassonde

Biographie

Née en 1992, Cécile Lassonde est artiste chorégraphique. A l’âge de 21 ans, elle obtient son Bachelor au Conservatoire Royal d’Anvers (BE) après avoir étudié au CRR de Boulogne-Billancourt. A travers ses expériences, elle s’intéresse également au théâtre, à l’écriture et aux marionnettes. En tant qu’interprète, elle travaille avec des compagnies pluridisciplinaires tels que Romeo Castellucci (FR, BE, NL, CZE), Entre Deux (CH), Fabulations (FR), Jens van Daele (NL), Léo Collin (CH).
En 2015, elle crée la Cie Blue Cells et obtient en 2018 avec Mathilde Méritet, le soutien des Ateliers Médicis avec le dispositif Création en Cours pour leur création Ombre d’Etre. Elle chorégraphie depuis 2016 pour des écoles supérieures aux Pays-Bas tels que Fontys et MBO. S’intéressant de plus en plus à la scénographie, son parcours l’amène dernièrement à être assistante de mise en scène auprès de Gaia Saitta et de Sarah Cuny.

Création en cours : Inside de BOX, I must be all of us

“Depuis toujours je ressens profondément que la seule chose que je possède vraiment,
c’est du TEMPS. Et que la seule chose que j’expérimente, c’est ce que je ressens.
Le TEMPS abrite nos EMOTIONS qui s’y développent instant après instant
Les EMOTIONS abritent notre identité, nos fragilités, notre INTIMITE

L’INTIME abrite alors la possibilité de devenir UNIVERSEL. Voici la matière organique d’Inside de BOX, I must be all of us, qui sera un solo de danse contemporaine mêlant également sport, théâtralité et marionnettes. Ce spectacle aborde des thèmes tel que l’identité, la compréhension de soi, de l’autre, le respect du différent, le bonheur de simplement être, de simplement respirer, marcher, regarder.

Partant d’un souvenir personnel (spectatrice d’un match de boxe), je dématérialiserai cet évènement grâce aux interviews obtenus des différents protagonistes. Entre peur, excitation, joie, stress, chaos, violence, incompréhension, j’explore les corporalités pour répondre à cette question : une seule personne pourrait-elle ressentir ce que nous avons tous ressenti ?”