Description du projet

Jehane Hamm

Biographie

Elle commence la pratique de la danse à l’âge de 6 ans. Au côté de Joëlle Vincent, danseuse, chorégraphe et pédagogue, elle a été initiée aux fondamentaux de la danse contemporaine, à des pratiques d’improvisation, à la danse contact, à des bases de techniques somatiques et a été sensibilisée à différents processus d’écritures. C’est à partir de ses 20 ans qu’elle a décide de s’engager vers la création chorégraphique. Elle a suivi différentes formations sur Toulouse au CDCN, Centre James Carlès, Centre Chorégraphique Sandra Marrassé, l’école Darissia… Plus tard elle a réinjecté ces outils techniques dans une recherche autour du lien entre les matières de corps et l’interprétation. Elle a également développé un grand intérêt vers des collaborations pluridisciplinaires avec des musiciens, des plasticiens, des vidéastes, notamment avec Frey Faust, Simon Matard, Maxime Dupuis, Léa Sallustro, Salomé Perli. Elle a aussi organisé différents événements : des performances dansées, questionnant différentes possibilités d’exploration et de création toujours autour de la pluridisciplinarité, des expositions autour de séries de photos qu’elle réalise elle-même axées sur la trace du mouvement dans la photographie. En 2016 elle commence l’écriture d’un solo O en co-production avec l’isdaT (institut supérieur des arts de Toulouse) et le centre culturel Alban Minville. C’est également à l’isdaT que commence la collaboration avec Léa Sallustro, vidéaste et cheffe opératrice. Elles construisent le projet La Ramée en développant le concept de « cinéma vivant », spectacle mêlant danse et cinéma dans un seul et même dispositif.

Elle travaille également en tant que regard extérieur, notamment pour Let’s folk de Marion Muzac et Une ombre à soi(e) de la Compagnie du contrevent. Toujours du côté de la direction artistique et des formes d’écritures multiples, elle a entamé la réalisation d’une série de courts métrages alliant danse et cinéma des “Episodes sans cibles” toujours en collaboration avec Léa Sallustro. Elle est également titulaire du Diplôme d’Etat en danse contemporaine, elle a animé plusieurs cours et ateliers sur Toulouse, notamment au Conservatoire à Rayonnement Régional, à l’école Ballet studio, à la MJC Roguet et MJC Ancely, à l’espace St Cyprien. Elle vit aujourd’hui sur Paris où elle continue son activité de chorégraphe avec une nouvelle création Echine.

Création en cours

Echine mêle le jeu théâtral à la danse contemporaine et met le focus sur la colonne vertébrale. Plus d’explications viendront au cours de l’année lorsque les recherches autour de la matière première auront pu se développer de façon plus précise.